Condoléances

C’est avec tristesse que nous vous annonçons le décès d’un des nôtres Gérard Leis survenu dans la nuit du 13 au 14 novembre 2020 dans sa huitantième année.

Fervent défenseur de la Savoie depuis son entrée à la Ligue Savoisienne dans les années nonantes, il avait rejoint la DAS dès sa création.

Nous présentons toutes nos condoléances à sa famille, ses amis et ses proches.

Repose en paix mon ami

COVID-19 / SAVOIE

La France occupante continue ses singeries, elle essaye de faire croire, ou tout au moins son gouvernement, qu’elle maîtrise une situation incontrôlable. Si le français écoutait ce qu’on lui dit, il n’y aurait pas autant de radars sur nos routes.

Qui va voir son expert-comptable ou banquier lorsqu’il est malade ? Bref…

Il paraîtrait que 12000 lits de réanimations sont existants en France, soit 120 lits par département sur une base de 100 départements. Et en Savoie ?

Le site officiel (nous indique entre 13 et 18 maximum pour le Sud de la Savoie et entre 25 et 35 maximum pour le Nord soit 53 lits pour la totalité de la Savoie

Soit au minimum 38 lits et au maximum 53 lits pour 1 261 733 habitants ! on est bien loin des 240 (120*2) lits qu’on devrait avoir pour la sécurité de notre population.

Il n’y a pas d’épidémie, il y a un manque d’intérêt de la part des politiciens eu égard à la santé des habitants, certes de Savoie, mais aussi de la France entière.

Où sont passées les promesses de nos grands Députés, Sénateurs ? Améliorer le quotidien, la santé, une mascarade encore et toujours…

« Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent. » Jacques Chirac.

On pourrait en écrire des pages sur tout ce qui ne va pas , à commencer à ce déplacement des vacances de Toussaint qui n’aurait jamais avoir eu lieu.

Bref, impossible de soigner des gens si les pouvoirs publics ne donnent pas plus de moyens financiers, car il ne s’agit plus que de ça, à nos soignants.

Plaques d’immatriculation savoisiennes / Suisse

Mise à jour le 22 juillet 2020

Suite au jugement rendu le 8 juillet 2020 par le tribunal de Genève relaxant le savoisien sur l’utilisation des plaques d’immatriculations savoisiennes mais le condamnant sur l’absence du « F » à l’arrière du véhicule, nous venons d’apprendre que le Ministère Public par le biais du Procureur avait fait appel de cette décision.

Nous reviendrons bientôt vers vous pour vous donner plus d’informations.

le 26 juin 2020

Bonjour à toutes et à tous, 
Nous venons d’apprendre par notre avocate helvète que le Tribunal de Police de Genève a refusé d’entendre Fabrice comme témoin assisté dans l’affaire des plaques savoisiennes en Suisse. 
Le cabinet trouve cependant opportun d’avoir un certain nombre de Savoisien(ne)s lors de l’audience du mercredi 8 juillet vers 11h00 dans la salle pour prouver que nous ne sommes pas juste quelques personnes.
Les règles sont un peu particulières en Suisse puisque le tribunal demande à l’avocate de donner les noms et prénoms des personnes désirant venir avant le 30 juin 2020. Le Tribunal se laissant le droit de refuser l’accès aux personnes qu’il jugerait indésirable (sur quel critère ??) 
Pour celles et ceux qui souhaitent venir, merci de nous contacter avant le 29 juin 2020 en nous donnant simplement vos noms et prénoms via l’adresse mail suivante :
das@etat-de-savoie.com

Nous vous recontacterons personnellement dès approbation par le tribunal pour vous indiquer l’adresse du tribunal et les points relais pour le covoiturage.

Savoisiennement votre 

le 06 juillet 2020

Suite au refus du tribunal d’avoir des savoisiens dans la salle du tribunal et suite au recours effectué par notre avocate, une quinzaine de savoisiens a été autorisée à entrer pour l’audience le 08 juillet 2020.

Appel aux dons

Bonjour à toutes et à tous,

comme tous les ans, nous faisons appel à votre générosité pour le règlement de la cotisation à l’UNPO ainsi qu’aux frais d’avocats.

La cotisation à l’UNPO se monte aujourd’hui à 3000€ pour l’année et pour les avocats les avances d’honoraires se montent à 1440€ pour Me RAJJOU et 2000CHF pour Me ROLLIER

Les honoraires de Me FILLARD et Me BASTID ont été entièrement réglés.

Pour rappel ces avocats défendent les droits des savoisiens dans les tribunaux français et suisses et si des classements sans suite sont prononcés aujourd’hui c’est grâce à leur travail et votre soutien.

Plus vous utiliserez nos cartes d’identités, permis de conduire et plaques d’immatriculation savoisiennes, plus vous montrerez votre nationalité savoisienne, plus nous avancerons vers notre reconnaissance et plus vite nous pourrons l’officialiser.

Petit à petit l’oiseau fait son nid

pour faire votre don, suivez ce lien : http://etat-de-savoie.com/das/

Merci

Fabrice Dugerdil

Bouquetins du Bargy

Bouquetins du Bargy: (mail de la frapna)

Malgré un avis négatif du CNPN (Conseil National de la Protection de la Nature), malgré notre demande insistante auprès du Ministère de la transition écologique, malgré l’absence d’évidence que des abattages indiscriminés auraient un impact favorable sur la gestion de la Brucellose dans le massif du Bargy, au prétexte de lutter contre la Brucellose le Préfet de Haute-Savoie veut à nouveau faire abattre avant l’été des bouquetins vraisemblablement sains, en plus de ceux capturés pour être testés.

Une consultation publique a été mise en place afin de recueillir l’avis des citoyens. Vous avez jusqu’au 20 mai 2020 pour exprimer votre profond désaccord avec cet arrêté préfectoral en envoyant un mail à cette adresse : ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr

Une pétition existant déjà, nous ne voyons pas l’utilité d’en faire une supplémentaire : https://www.petitions.fr/protection_bouquetins_du_bargy

Pourquoi protéger les bouquetins ?

Figure emblématique du Parc National de la Vanoise, le bouquetin est sans doute l’un des animaux les plus populaires de nos montagnes. Installé dans les reliefs d’Europe centrale depuis toujours, il a pourtant bien failli disparaître avec, au
XVIème siècle, l’apparition des armes à feu. A l’aube du XIXème siècle, seule
une petite centaine d’individus demeurent dans tout le massif alpin français

Le roi d’Italie, Victor-Emmanuel II, fut le premier à protéger cet animal qui devenait rare, en interdisant sa chasse en 1821, puis en créant une réserve royale en 1856
qui deviendra le parc national du Grand Paradis en 1922.

Mais la France attend la création du Parc national de la Vanoise en 1963, pour réagir, et l’application en 1981 d’une loi de 1976, pour le protéger intégralement sur tout le territoire national.

Les opérations de réintroduction se multiplient à partir de 1970. Aujourd’hui les Alpes françaises abritent 10% de la population européenne de bouquetins, soit environ
3 000 animaux, contre 15 000 en Suisse et 9 000 en Italie.

Il est grand temps de rattraper ce retard. Des repeuplements et transferts de bouquetins sont en cours en différents points de nos Alpes.

A première vue, le bouquetin n’est ni plus ni moins qu’une grosse chèvre de montagne. Mais sacrément agile et à l’aise sur les pentes les plus escarpées, il vous flanque le vertige rien qu’à le regarder.

C’est qu’il adore se balader sur les arrêtes rocheuses, entre 2.000 et 3.500 mètres d’altitude. Remarquez, c’est là qu’il a la meilleure vue.

Parce que l’animal voit bien, et que s’il vous laisse l’approcher, ce n’est pas que vous ayez déjoué sa vigilance, mais plutôt qu’il sait qu’il lui suffira de quelques bonds pour se mettre hors de votre portée.

source : http://www.webalpes.org/faune/bouquetin.htm