• Archives

Futur arrêté contre la pollution en Vallée de l’Arve 1 Poids Lourds

Suite au projet d’arrêté de « Gérard » Lambert, préfet de Haute-Savoie, dont nous nous sommes procurés un exemplaire et qui devrait être rendu public le 7 avril 2017, nous nous étonnons de l’énorme souplesse dont fait preuve cet arrêté.

Tout d’abord, les valeurs de concentrations de PM10 ne sont pas clairement définies voire contraires puisque l’arrêté se plie aux « réglementations européennes OU françaises ». Le seuil d’information n’est donc pas clairement défini 50 OU 80 ug/m3 de PM10 ? Et le seuil d’alerte n’est pas indiqué non plus. Il y a donc fort à parier qu’entre les normes françaises plus laxistes que les normes européennes, ce sont ces premières qui seront prises en considération. L’indication de la valeur en des termes plus précis n’aurait pas été négligeable.

L’interdiction de circulation des EURO3 (crit’air 5) est enfin mis en avant lors des pics de pollutions mais pas lors du dépassement du seuil d’information. Encore une fois, quelle valeur sera prise en compte ? Mais une autre question vient d’elle même, les camions continueront-ils à être stockés sur l’air de Passy-Le-Fayet ? en bas de 20km de côte à 10% de moyenne. Ue aire de stockage devrait être prévue hors de la vallée de l’Arve afin de pouvoir les accueillir. Une note indiquant l’existence du ferroutage pourrait également apparaître dans l’arrêté afin d’obliger les camions (TOUS) à se diriger vers le train lorsque le seuil d’alerte dépasse un certains nombre de jours consécutifs.

Dans le dernier bilan de l’ATMB et de la préfecture, les données indiquaient le passage de moins de 100 camions EURO 3 et EURO 4 sur près de 1500 quotidiens traversant le tunnel du Mont-Blanc, alors pourquoi ne pas appliquer l’interdiction de rouler aux EURO 4 (Crit’air 4) également ?

Enfin, plus de la moitié des jours de pics de pollution en vallée de l’Arve sur une année glissante est due aux NOx, SOx,… pourquoi l’arrêté ne concerne-t-il que la pollution aux PM10. De plus, l’absence d’information dans l’arrêté sur les PM2.5 pourrait permettre aux camions de circuler lors d’un pic de PM2.5 alors que le taux de PM10 ne serait qu’au niveau de l’information.

En conclusion, la modification majeure entre l’arrêté précédent et celui à venir est la récupération de 4.18€ par vignette vendue au profit de l’Etat pollueur et dont aucun centime ne rentrera dans les poches des communes désireuses de se battre contre la pollution.

« Gérard » a donc encore un gros effort à faire s’il ne souhaite pas permettre aux maires des communes concernées de pouvoir porter le projet de faire de la Vallée de l’Arve un exemple à défaut d’un modèle sur la qualité de l’Air.

Projet d’arrêté préfectoral (CirculationPL-EuroInf3)_v3-3-1

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.